Imprimer

Informations

Fonds documentaires

Sur cette page vous trouverez :

- des recherches de groupes

- des propositions d'animations

- des livres

- les coordonnées de sites utiles pour des recherches de stages en Irlande

- Qui était saint Patrick

une vie de saint Yves, patron de la Bretagne : en breton et en français

Message reçu le 25 octobre 2012

Nous recherchons un groupe de musiciens et danseuses irlandais pouvant se produire sur la scène d'une salle des fêtes accueillant 250 personnes pour le service culturel d'une commune d'Ile-de France (6300 habitants, budget modeste).

Période :4e trimestre 2013

Merci de transmettre vos proposiitons à Patricia Guillemain au 06 07 16 96 80 ou guillemain.pat@wanadoo.fr

 

Message envoyé par :

Envoy par : Harry O'Rahilly (harryorahilly@gmail.com)
Dear Sir / Madam

I present a world music show with Dublin South FM93.9, based in
Dundrum, Ireland.

I would very much like to share Breton culture with our listeners.

Do you have any contacts (ideally from Bretagne) that would like to
come on the show to discuss Breton music?

I look forward to hearing from you.

Thanks and regards,

Harry O'Rahilly
+353861969775
harryorahilly@gmail.com

Football gaëlique

Bonjour,

J'invite tous les comités de jumelages britto-irlandais, en particulier ceux des Côtes d'Armor, a (re)découvrir le football gaélique à Pordic, près de Saint-Brieuc, ce samedi 6 février 2010. Ce tournoi organisé par le club du Gaelic Football Bro Sant-Brieg, compte pour la 2ème manche du Championnat de Bretagne de Football Gaélique 2009/10, et rassemblera 7 équipes de Bretagne (Brest, Vannes, Liffré, Saint-Quay-Perros, Guérande, Nantes et Saint-Brieuc).

Le lieu du tournoi sera le stade de rugby Jean Moulin à Pordic. Les matches commenceront à 11 heures. L'entrée sera gratuite.

Retrouvez les articles de présentation du tournoi sur les sites suivants :


• La Ligue Bretonne de Football Gaélique
• Gaelic Football Bro Sant-Brieg
Pour plus de renseignements sur le tournoi, contactez Xavier Ingrand au 06.01.88.32.10.

Salutations gaéliques,

Kenavo, slán !


Gaëtan DANET
Ligue Bretonne de Football Gaélique
Lig Breizhat Mell-droad Gouezelek
http://liguebretonne.footballgaelique.com/
06.73.90.77.52

 

Groupes, sessions

Envoy par : Martin Rahmberg (dun_aengus@kinglaoghaire.com)
Hi,

My name is Martin and I am a member of a duo called Dun Aengus. We
play mainly Irish, but also some Scottish music.

We are now looking for future gigs and will be happy to provide
entertainment at your event. We also provide a popular music quiz if
wanted.

You will find more info and sound samples at
http://www.kinglaoghaire.com/site/dun_aengus/index_eng.html

with kind regards

Martin Rahmberg
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
http://www.kinglaoghaire.com

"Forget the recession and enjoy the session!"

Envoy par : Lambert (vivylambert@gmail.com)
bonjour je travail dans un pub sur Vannes et nous cherchons a mettre
en place des soires Irlandaises avec des concert et des "sessions"
Si vous avez des contact merci de me faire parvenir les noms et
numeros des personnes.
Par avance merci c'est assez urgent.
Me Lambert Evelyne

Livres

La cuisine des pays celtes

Des recettes colorées venues des six pays celtes


CouvGastronomes et amoureux de cette culture trouveront dans cet ouvrage plus de 107 recettes des six pays celtes : Bretagne, Irlande, île de Man, Écosse, Cornouailles et Pays de Galles. Tous ces plats, desserts, boissons... sont souvent connus, faciles à réaliser et se prêtent volontiers à des variantes. Purée de haddock fumé, scotch haggis, poule au sel de Guérande, kig-ha-farz, cawl gallois... Outre ses précieux conseils culinaires, l’auteur raconte au travers de courts textes l’histoire, la sociologie, la géographie, le contexte de la recette... un peu de nourriture de l’esprit !

Comme la cuisine est synonyme de plaisir, chaque recette est saupoudrée par les aquarelles de Béatrice Giffo.

 

L’auteur : Riwanon Kervella
Bretonne résidant dans le Trégor, Riwanon connaît bien les pays celtes pour y avoir séjourné plus de deux ans. De ses séjours, cette gastronome a rapporté des souvenirs et ces savoureuses recettes.

l’aquarelliste : Béatrice Giffo
Diplômée des arts décoratifs de Paris, Béatrice Giffo a illustré, entre autres, aux Editions Des Dessins et des Mots les ouvrages Palette gourmande de coquillages (2005) et Le Tour de Bretagne en 80 desserts (2006).

Préface d’Alan Stivell

Caractéristiques :
- Format : 24 x 17,5 cm, couverture cartonnée. 160 pages en quadrichromie sur papier demi-mat 150 g. 107 recettes. Illustrations à l’aquarelle. Prix de vente public : 19 € (plus 3 € de frais de port). Possibilité de remise pour l’achat de plusieurs exemplaires. Nous consulter.

En vente en chez l’éditeur,
Editions Des Dessins et des mots
Kerignan
29380 Bannalec
tél : 02 98 35 40 56.

 

Le Tailleur et Anstie


(Biographie Irlandaise)

… sortie très digne

Au salon du livre de Carhaix

couv1Campés à l’aube du XXe siècle, entre la grande famine et la seconde guerre mondiale, dans une Irlande pétrifiée en proie aux derniers sursauts du colonialisme, le Tailleur et sa femme Anstie sont les témoins d’un monde révolu. Maîtres de leur existence, ils offrent avec leur cour d’amis, l’illustration vibrante d’un réalisme farouche et d’une résistance philosophique inébranlable. Frôlant la farce désopilante, la biographie rapporte leur féroce appétit de vivre, l’élégance de leur relation avec la nature, la clairvoyance de leur jugement politique et l’incongruité de leurs relations sociales ou conjugales. Mise à l’index pour outrage aux bonnes mœurs sous le gouvernement puritain de Eamon de Valera, réhabilitée après un tollé général, adaptée pour le théâtre, elle figure désormais parmi les classiques de la littérature irlandaise. Le ton parfois haletant du récit, les vagabondages tapageurs d’une réflexion indépendante et féconde, l’entrechoquement festif des situations, la fraîcheur de ce vieux couple et leur regard lucide porté sur le monde adressent à notre « post-modernité » des clins d’œil impénitents venus d’un autre âge. Cette lecture est un défi.

 

 

Autre Documentation

A télécharger

AIDE AUX PERSONNES CHERCHANT DES STAGES EN IRLANDE
• Ireland UK student accom.rtf

Accommodation in Ireland


www.celtic-accommodation.ie/
www.studentvillage.ie
www.ces-schools.com/accommodation/ireland
www.accommodationforstudents.com/ireland.
http://www.grabagaff.com/


• IT Ireland.rtf


Saint Patrick : le patron des Irlandais

Il semble que saint Patrick ait été un berger d'origine écossaise, ou du pays de Galles, qui devint évêque après avoir choisi de s'installer en Irlande. Sa mission fut de convertir la population au christianisme, avant de fonder son propre évêché. Le symbole du trèfle, qui est aujourd'hui celui de l'Irlande, viendrait de son utilisation par l'évêque saint Patrick, lors de ses prêches pour représenter le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Il mourut un 17 mars.

Etrangement, cette fête irlandaise est célébrée pour la première fois à Boston aux Etats-Unis, en 1737. L'histoire des Irlandais est en effet étroitement liée à ce continent où la diaspora irlandaise est très importante
Tout commence en Irlande, lors des transhumances de druides et les persécutions contre les catholiques qui entraînèrent leur fuite vers d'autres continents. Puis lors de la famine des années 1846/1848 où plus d'un million et demi d'habitants fuirent la famine et les épidémies pour se rendre aux Etats-Unis et au Canada, sur des "coffin ships".

A la Saint-Patrick, les Irlandais se rendent encore à l'église et dégustent le plat traditionnel : du corned-beef avec du chou. Dans les rues, où la population déambule habillée de vert, de grandes parades sont organisées et la bière coule à flots dans les pubs.

Avec la forte implantation de population de souche irlandaise un peu partout dans le monde, cette fête de la Saint-Patrick est devenue internationale. La bière et les chants celtes abreuvent désormais chaque 17 mars.


Sant Erwann, sant paeron Breizh a-bez

Ganet oa sant Erwann an 13 a viz here 1253 e maner Kervarzhin kichen Landreger (Aodoù ar Arvor). Azou ar Genkiz, e vamm, a gendelc’hael gant ar sonj a defe lavarout dezhi a deufe he mab eur sant. Yann Kerhos, kloareg e parrez Pluvihan , kelenner ar bugel da vont gantan da Bariz e-lec’h e oa kaset ar c’hrenard evit heuliañ studioù skol veur. 14 vloaz en doa er mare-se. Eun doujañs-Doue vraz a oa gantañ dija hag eur galoniez dispar evit ar beourien. En-em dremenn ar re evit rein d’ar re baour-tre. Mont ar rae bemdez da Iliz sant Severin hag hini Sant-Julian-ar-paour.

E studioù, an dri bloavez diwezhañ graet gantañ e Ker Orléans, a badae betek 1280. E Pariz e oa bet stummet evit skiant ar gelennadurez hag an doueaniez. 30 vloaz en doa pe oa bet hanvet da arriagon e Roazhon (35) e-lec’h a zo bet roet gantañ diouzhtu an drivet deus e gonezioù d’ar beorien. Pediñ a rae ezhommerien da zebri gantañ ha roet en doa bod da zaou emzivad : Derrien Guiomar, dominigad da zont, hag Olivier Floc’h.

Eur vloavez diwezatoc’h, e oa gelvet gant eskob Landreger (22) evit eur garg lidoni war an eskobtiad. E giz-se oa bet guest, a bemdez, da zifenn ar beorien deus ar galloudegezioù. Person e parrez Tredrez (22) oa bet lakaet a-raok da vont, e 1292, da barrez Louaneg, kalz brasoc’h eget an unan all. E-pad an deiz ha bep lec’h, e brezegae mouez vad an Doue e galleg koulz hag e brezhoneg. Anaoudek a oa bet ar bobl a gomzae dioutañ dre ano « ar beleg santel ». Lavar a vezer a oa eur vurzud e tigas bara dezhañ da rein d’ar re baour.Pe varv e dud, e dreusfurmas maner Kervarzhin evit ober gantañ eul lec’h degemer evit ar beorien. Eur chapel en doa lakaet ouzhpenn e 1293 war plasenn-se.

E 1298, e zileska karg an eskobti evit eur vuhez arvestus da viken. An 19 a viz mae 1303, ez eo aet d’an anaon. E gorf oa kaset da iliz veur Landreger.Olivier Floc’h , unan deus an daou emzivad en doa degemered a teua mirour e iliz veur Landreger (22) ha, dre e garg, a taola evez da bez Erwann e-pad prosez santeladurez a zigora an 26 viz c’houevr 1330. echuet en doa ar prosez e 19 viz mae 1347.

E santeladurez oa bet brudet gant ar pab Clement VI. Bet eo sant Erwann ar c’hentañ sant meur eus Breizh da vezañ santelad ; estlammet oa bet an holl vreizhad gant sant Erwann

.An 29 viz mae 1347,pe oa bet sav korf ar sant, e doa lakaet e benn e-barz eur vouest-relegoù hag ar relegoù all oa bet lakaet e-barz eur bez , uhellaet warlec’h gant Ian V a vreizh. hemañ en doa divizet ivez da zisoc’hañ iliz sant Erwann (bet eo bet distrujet aboe) e Pariz. Lakaet warni eun tour-iliz e 1418, chapel Kervarzhin a teua diwezhatoc’h iliz parrez Minihy-Landreger (22)

E 1455, e Ker Roma, ar pab a roas eun iliz vihan hag eun ospital d’ar Vreizhiz. E ano eo bremañ “iliz sant erwan ar vreizhiz”sant erwan, advokad ar beorien a zo deut paeron an advocated hag ar varnerien . Heñvel eus e unnanegez, e zelouennerezed a vez eur beleg gant eur varetenn war e benn. Pe ve vez ket e-unan, e vez lakaet tre eur den pinvidig hag eun den paour. Bep bloaz, e viz mae, e deiz ar pardon a vez lidet e Landreger. iliz Louaneg he deus miret unañ deus e gazulioù.

Evit respont goulenn esbkobien Breizh, ar pab Pie XI en deus brudaet sant Erwann sant paeron Breizh a-bez. An 12 a viz meurzh 1924 a oa.

Saint Yves,patron de la Bretagne

Yves Helory naquit le 13 octobre 1253 au manoir de Kermartin près de Tréguier (22). Azou du Quenquis, sa mère, prétendait qu’un songe lui avait révélé que son fils serait un saint.

Jean de Kerhos, clerc de la paroisse de Pleubian, précepteur de l’enfant, l’accompagna à Paris où le jeune homme fut envoyé pour suivre des études universitaires. Il était alors âgé de 14 ans. Il faisait déjà preuve d’une grande piété et d’une générosité sans limites à l’égard des pauvres, se privant lui-même de repas pour les offrir aux indigents. Il fréquentait quotidiennement les églises de Saint Séverin et de Saint-Julien-le-Pauvre.

Ses études, dont les trois dernières années se passèrent à Orléans, durèrent jusqu’en 1280. A Paris, il fut formé à la didactique et à la théologie.

A l’âge de 30 ans, il fut nommé auprès de l’archidiacre de Rennes (35) où il donna immédiatement le tiers de ses droits aux pauvres. Il invitait d’ailleurs volontiers les indigents à sa table et recueillit deux orphelins : Derrien Guiomar, futur dominicain, et Olivier Floc’h.

Un an plus tard, il fut appelé par l’évêque de Tréguier (22) pour assurer la mission d’official au sein du diocèse. Il put ainsi, au quotidien, défendre les pauvres contre les puissants. Il fut, en outre, nommé recteur de Tredrez (22) avant de rejoindre, en 1292, la paroisse de Louannec beaucoup plus importante que la précédente.

A chaque instant et partout, il prêcha la bonne parole tant en français qu’en breton. Le peuple lui fut reconnaissant et l’appela « ar beleg santel », le saint prêtre. on dit même que le pain qu’il trouvait toujours pour offrir à un pauvre était fruit de miracle.A la mort de ses parents, il transforma le manoir de Kermartin en lieu d’accueil pour les pauvres . Il y ajouta une chapelle en 1293.

En 1298, il remit sa charge au diocèse pour se consacrer entièrement à la contemplation.Il s’éteignit le 19 mars 1303. son corps fut transféré à la cathédrale de Tréguier.Olivier Floc’h, l’un des deux orphelins qu’il avait recueillis devint gardien de la cathédrale de Tréguier (22) et, à ce titre, veilla sur le tombeau de Yves pendant le procès de canonisation qui s’ouvrit le 26 février 1330 et qui aboutit positivement le 19 mai 1347. La canonisation fut proclamée par le pape Clément VI.Premier grand saint breton à être canonisé, saint Yves a toujours fait l’admiration des populations bretonnes ;

Dès le 29 mai 1347, à la levée du corps du saint, la tête fut placée dans un reliquaire et le reste des reliques fut mis dans un sépulcre que Jean V de Bretagne fit surmonter d’un monument. c’est aussi Jean V de Bretagne qui fit achever la construction de l’église saint Yves (aujourd’hui disparue) à Paris. Surmontée d’une flèche en 1418, la chapelle de Kermartin devint plus tard, église paroissiale de Minihy-Tréguier (22).
En 1455, à Rome, le pape mit à disposition des Bretons s’y rendant en pèlerinage une petite église doublée d ‘un hôpital. Elle est dénommée aujourd’hui « église Saint-Yves-de- Bretons ».Saint Yves, avocat des pauvres, est devenu patron des avocats et des gens de justice. Conformément à sa simplicité il est statufié en simple prêtre coiffé d’une barrette. Lorsqu’il n’est pas représenté seul il est situé entre le riche et le pauvre. chaque année, au mois de mai, il est célébré à Tréguier lors du pardon. L’église de Louannec conserve l’une de ses chasubles.
A la demande des évêques bretons, le pape Pie XI proclama saint Yves patron de la Bretagne. C’était le 12 mars 1924

Extrait du livre Bretagne des Saints et des croyances, Kidour-éditions, 570 pages

www.noms-et-terroirs.com..